Pourquoi ce site ?

A mon père, qui me disait souvent :« C’est en investissant dans la pierre que tu seras le plus tranquille ».

C’était « un père tranquille », et il ne connaissait pas la Ville de L’Haÿ les Roses et son Aménageur !

Ou alors je me suis trompé en choisissant, en 1987, d’acheter ce terrain sur la RN7, à L’HAY LES ROSES, et en créant la SCI des ROSIERS. C’est vrai que je voyais tout en rose…

Un petit salaire, un emprunt boiteux, la peur des fins de mois encore plus difficiles, mais j’avais le cœur à l’ouvrage, et 40 ans… J’en ai aujourd’hui 62, et si c’était à refaire aujourd’hui, je voudrais bien le refaire, mais je ne pourrais plus.

Nous avons créé, en famille, cette SCI et avons acheté le terrain au 144, avenue de Stalingrad à L’HAY LES ROSES, pour y construire, ou peut-être y faire construire un immeuble de bureaux que nous pourrions plus tard léguer à nos enfants et petits-enfants.

Après la conception d’une maquette, puis des plans d’architecte, nous avons obtenu le permis de construire le 20 juin 1988.

Et si je dis que nous allions « essayer d’y faire construire » un immeuble, c’est bien parce que je craignais que nos petits moyens nous arrêtent avant la fin du chantier.

Et ce fut le cas.

Après le sous-sol et le premier étage réalisés par une entreprise, il fallut se rendre à l’évidence : nous ne pouvions financièrement poursuivre cette aventure.

Mais à 40 ans, on ne se décourage pas, et j’ai légalement embauché 3 maçons pour poursuivre le chantier le samedi et quelques dimanches.

Il n’y avait plus de week-ends et encore moins de vacances, un seul objectif : terminer l’immeuble !

Il nous a fallu 4 années d’acharnement, de courage et de découragement, de travail dans le froid et sous la pluie, ou encore ce 14 juillet où il faisait 40° dehors, et où nous posions le toit du centre de contrôle…

Et nous avons terminé le travail engagé, à la sueur de notre front, et à l’aide aussi de notre fils qui avait 15 ans à peine.

Je pensais qu’il ne restait plus qu’à rembourser les prêts obtenus pour enfin pouvoir profiter de notre travail.

C’était sans compter sur la ville de L’HAY LES ROSES.

Après nous avoir complétement oubliés dans cette pointe de la commune (excepté pour les impôts !), à tel point qu’il n’y avait pas de panneau indiquant le nom de la ville, et que nous devions dire que nous étions sur VILLEJUIF aux personnes qui voulaient nous rendre visite, la ville de L’HAY LES ROSES a décidé de créer la ZAC entrée de ville « PAUL HOCHART », et c’est là que les choses se sont compliquées.

On peut lire ici ou là que la municipalité a décidé de recomposer l’entrée de ville EST de la commune, en vitrine sur la RN7.

Bigre, dire que nous n’avions même pas, la veille, de panneau d’indication de ville…

Et tous les terrains, sans questionner les propriétaires ou essayer de comprendre les motivations de chacun pour avoir acheté à L’HAY LES ROSES, furent expropriés pour cause « d’utilité publique ».

Si certains qui me lisent ne savent pas ce qu’est « l’utilité publique » pour la Ville de L’HAY les ROSES et pour la SADEV 94, ils pourront trouver une définition étonnante dans les pages qui suivent.

Par ordonnance d’expropriation du 15 décembre 2011, rendue par le juge de l’expropriation près le TGI de Créteil, la propriété de ces terrains, des immeubles et des droits réels immobiliers, a été transférée à la SADEV 94, y compris bien sûr l’immeuble neuf de la SCI des ROSIERS, au 144, avenue de Stalingrad à L’HAY les ROSES.

Voilà, c’est tout ! Circulez, il n’y a rien à dire…
Et c’est bien plus facile que de construire un immeuble à la sueur de son front…

Je conteste.

J’estime avoir mon mot à dire, et ne suis pas d’accord avec le rouleau compresseur des consorts Ville de L’HAY les ROSES/SADEV 94, qui passe et écrase sans regarder… sans respecter le travail réalisé… sans respecter non plus la propriété et le bien d’autrui… et sans répondre aux interrogations !

Ouvrez les yeux, Mesdames et Messieurs les Juges à l’Expropriation… rendez-vous compte du gâchis…

Et si nous réfléchissions ensemble ?

Retour page d'accueil