Et voilà comment on peut se faire « endormir »...

« Votre immeuble s’intègre bien dans le futur paysage… ».

Ha ! En voilà des paroles rassurantes…

Il est vrai que quand on apprend par courrier que l’immeuble qu’on vient juste de terminer, à la sueur de son front, court le risque d’être frappé d’expropriation, on s’inquiète.

A la lecture du courrier de la SADEV 94 m’informant qu’une enquête d’utilité publique allait être ouverte pour la future zone d’entrée de ville, j’ai aussitôt téléphoné à cet organisme, et j’ai eu un contact avec une personne charmante, que nous appellerons ici Madame TB.

« Ne vous inquiétez pas, Monsieur, votre immeuble est neuf et bien entretenu, et il s’intègre très bien dans le futur paysage de l’entrée de ville de L’HAY les ROSES. »

Ah, c’est rassurant… Et de poursuivre :

« Des parkings vont être créés, et vous pouvez aller voir à la mairie pour essayer d’en obtenir quelques-uns ».

Trop gentille, Madame TB ; trop gentille pour…

Je suis allé bien sûr à la Mairie, au Service Urbanisme, où j’ai eu la même chanson, avec une dame dont je n’ai pas retenu le nom.

« Je me doute que vous puissiez vous inquiéter, mais je vous rassure : votre immeuble est neuf, d’ailleurs il a fait l’objet d’un permis de construire récent, et on ne va pas démolir un immeuble dont on vient d’autoriser la construction. De plus, il s’intègre très bien dans le futur paysage, et est bien entretenu.»

Trop naïf, j’ai fait confiance, mais j’aurais dû me douter que pour avoir les mêmes paroles, il fallait qu’il y ait eu au préalable une concertation et une entente. A mon détriment…

Je m’en aperçois aujourd’hui, et je constate amèrement que « je me suis fait endormir ! »

Je n’ai pas confirmé ces conversations par écrit, ces dames étaient rodées et doivent être inscrites au Réseau Morphée…

Et j’ai continué d’affirmer à qui voulait l’entendre que l’immeuble n’était pas touché par la création de la zone d’entrée de ville.

Mais quel cauchemar au réveil…

Environ un an après, lors de la deuxième et dernière conversation téléphonique avec Madame TB, le ton avait changé, la dame charmante s’était transformée …

« Oui Monsieur, c’est bien moi que vous avez eu au téléphone, mais je ne vous ai jamais dit ça… et de toutes façons, cet immeuble, on le veut et on l’aura ! Et si vous ne voulez pas régler cette affaire à l’amiable, cela vous coutera cher.»

Là, j’ai raccroché, après avoir quand même salué la dame…

Puis ma Compagne s’est rendue en mairie, au service de l’urbanisme, où l’architecte en chef (s’il vous plait…) l'a reçue. Elle venait demander des renseignements, incognito, sur l’avenir de cet immeuble dans lequel elle désirait louer un local à caractère commercial!

« Madame, le gérant de la SCI des ROSIERS est malhonnête, il devrait vous dire que cet immeuble est voué à la démolition… »

Merci Monsieur l’architecte en chef.

Tout s’est écroulé. A mon âge, me faire avoir aussi grossièrement, j’avais et j’ai toujours autant de mal à l’accepter…

Et c’est moi qui suis malhonnête ???

« On le veut et on l’aura… » Mais par quels moyens ?

On va voir par la suite que tous les moyens sont bons pour la Ville de L’HAY les ROSES et la SADEV 94.

Retour page d'accueil